Quand il écrit sur le papier, le scribe ne dispose pas à proprement parler de moyen de corriger son texte en cas d’oubli. Si un mot ou un groupe de mots est omis, il appose un signe (une croix par exemple) à l’endroit où le texte doit être ajouté, et inscrit le texte en marge ou en bas de la page (ou en fin du document). Il est important de repérer ces signes car on peut sinon omettre un passage, ne pas réussir à restituer le sens de la phrase,

Ceci peut sembler anecdotique, mais les textes anciens comprennent de nombreux signes (abréviations avec tilde, taches d’encre etc) qui peuvent rendre moins aisée la perception du signe d’insertion de mots.

Il est à noter que dans les textes à valeur juridique, le scribe doit indiquer que ces mots n’ont pas été ajoutés après la signature et sont donc accepté des différents contractants. Aussi est-il d’usage de trouver une mention en fin de texte stipulant que tels mots ont été ajoutés. Ceci est utile pour la transcription : si vous n’arrivez pas à lire les mots en marge, ou figurant en interligne (et donc parfois écrits en plus petit), cette répétition est une chance supplémentaire de transcrire le passage. De même, si vous avez pu transcrire le passage inséré, vous gagnerez du temps en fin de transcription lorsque vous rencontrerez la même expression !

L'apprentissage d'une compétence de paléographie doit être validé par un exercice de transcription.